Oubliez tout ce que vous avez appris…

Vœux 2017

Oubliez tout ce que vous avez appris, gardez les yeux ouverts !

2017 met à l’honneur la compréhension entre les peuples, la découverte du riche héritage des civilisations et l’appréciation des valeurs inhérentes aux différentes cultures. Ça sonne comme une invitation, face à l’urgence de ne pas capituler devant l’incompréhension des uns et des autres.

Les mêmes motivations ont animé nombre de grands personnages comme Albert Kahn, banquier excentrique mais discret qui a investi toute son énergie et sa fortune dans des projets comme Les Archives de la planète ou Autour du monde au début du XXe siècle. Animé par un idéal de paix universelle il était convaincu de la nécessité de connaître les cultures étrangères pour encourager le respect et les relations pacifiques entre les peuples.

Ce philanthrope a permis de collecter des milliers d’images en finançant l’expédition d’hommes et de femmes à travers le monde, missionnés pour comprendre et photographier les peuples, se frotter à toutes les cultures des plus traditionnelles aux plus modernes, avec ce précepte : « Oubliez tout ce que vous avez appris. Gardez les yeux ouverts. »

Ce sont des milliers d’autochromes qui furent ainsi ramenés et que l’on peut admirer aujourd’hui dans les collections Les Archives de la planète du musée de Boulogne qui porte son nom.

On trouve également de très riches échanges dans la musique et ce qu’elle peut produire d’émotion, de beauté et d’ouverture au plus profond de nous ; des rencontres inoubliables capables de nous transformer définitivement comme aucun discours ne peut le faire. Jordi Savall est l’un de ces grands musiciens, humaniste pacifiste qui défend le dialogue entre les différentes cultures et le rapprochement des traditions musicales savante et orale.


Ses qualités de médiateur pour l’entente et la paix entre les peuples ont souvent été récompensées par de nombreux prix et lui ont valu d’être nommé « Artiste pour la Paix » par l’UNESCO en 2008, ainsi que son épouse Montserrat Figueras.

Écouter la vibrante voix de Montserrat Figueras, c’est douter alors qu’on est sceptique, c’est oublier toute rage pour s’ouvrir à la beauté et l’émotion, c’est regarder sa propre mélancolie sans tristesse ; elle chantait avec son cœur. Soprano catalane malheureusement disparue il y a peu, elle fut célèbre pour avoir prêté sa voix à des répertoires situés à la croisée des cultures, réunissant les multiples traditions musicales du bassin méditerranéen, avec des artistes aux origines et aux confessions diverses, juifs, arabes et chrétiens.

Érasme nous disait qu’il faut désapprendre pour apprendre ; voilà de quoi occuper nos pensées ! Nul doute qu’il n’y a pas d’issue sans sortir des schémas réducteurs, sans aller à la rencontre de l’autre, sans oublier tout ce que l’on croit déjà connaître et c’est une tâche bien difficile. Mais pour reprendre la pensée d’Albert Kahn, tenter d’y parvenir reste notre plus noble devoir… et sans doute le plus passionnant.

Renke Communication